Migration et droits de l’homme

17.08.2010, par cifdha

La migration, prise dans tous ses aspects, est source de préjugés, de tension, et de violations de droits humains. Elle met aussi en lumière les enjeux contradictoires de la libre circulation et de la prévention des migrations irrégulières.

L’inefficacité et la méconnaissance des systèmes juridiques de protection du migrant en Afrique entrainent des problèmes et des difficultés tels que : racisme, xénophobie et autres formes d’intolérance ; traite, en particulier de femmes et d’enfants ; salaires inférieurs aux minima établis ; accès limités à certains droits sociaux ; conditions de travail dangereuses ; mesures administratives rendant difficile l’accès aux tribunaux. A cela s’associe l’incapacité ou le manque de volonté de certains Etats à protéger effectivement les droits des migrants.

Or, ces violations flagrantes des droits humains des migrants, nourries par l’intolérance et l’ignorance, peuvent être combattues et réduites en particulier si la société civile, notamment les jeunes, font preuve d’un engagement certain et renforcent leurs capacités dans ce domaine, en particulier pour lutter contre la discrimination à l’égard de la personne migrante et pour un plaidoyer en faveur du renforcement des systèmes juridiques de protection, tel que le système africain de protection des droits humains.

C’est pourquoi, le thème choisi pour les premières universités d’été est « migration et droits de l’homme ». Les questions et les enjeux que soulève la migration seront débattus. Il s’agit pour nous au cours de conférences thématiques d’engager des débats avec les participants autour des violations des droits humains des migrants et sur les nouvelles politiques migratoires désastreuses qu’adoptent certains pays à la lumière des principes des droits humains.